Bulle de filtres

Netflix, démolisseur de l’exception culturelle

L’arrivée de Netflix marquera un tournant dans l’histoire de l’audiovisuel français, et interroge de fait la fonction démocratique des médias.

Une firme dont le modèle économique s’appuie sur un algorithme pose des questions nouvelles d’ordre démocratique aux entreprises médiatiques. D’abord, travailler à partir d’un algorithme revient à accorder une place centrale à la donnée. En échange de 8 dollars par mois, via son algorithme, Netflix extrait des milliers de données, chaque semaine, de ses 45 millions d’abonnés.

Recherche confiance désespérément

A l’heure du tout Internet ubiquitaire, de la parcellisation du journalisme et des médias, d’un public de plus en plus coproducteur, les promesses des débuts du web, lieu de partage, d’innovations et d’ouverture au monde, doivent être rappelées. Que les données, matières premières de l’ère de l’information, soient utilisées pour mieux servir le public. Et que soit étendue au numérique la relation de confiance placée jusqu’ici dans son expérience TV. La confiance est bien au coeur de la mission du service public audiovisuel.

Newer Posts